Suivi des paiements à l’international, la révolution est en marche !

Home/Suivi des paiements à l’international, la révolution est en marche !

Toute l'actualité en direct
Le Blog !

ACA expert en gestion de flux et spécialiste des processus de gestion.

Suivi des paiements à l’international, la révolution est en marche !

Interview d'Axel Prette, Chef de Produits Thétys

Axel PretteAxel Prette, Chef de Produit THETYS, nous livre son analyse sur le sujet fort d’actualité qu’est le suivi des paiements à l’international. Nous sommes allés à sa rencontre pour avoir un état des lieux de ce qui va être mis en oeuvre, une vraie révolution pour ce féru de mathématiques !

On en parle depuis longtemps, le chantier est lancé cette fois ?

C’est avec quelques mois de retard que les banques industrialisent leur service de suivi des paiements internationaux. Initialement prévu pour la rentrée de septembre 2019, c’est finalement en ce début d’année 2020 que les premiers fichiers MT199 et pain.002.001.02 estampillés GPI ont été reçus par les entreprises ayant souscrit à ce nouveau service bancaire.

Pour rappel, c’est à Genève en 2016 lors du salon Cybos que tout a commencé. SWIFT promettait alors, par l’intermédiaire de sa cellule innovation Global Payment Innovation (GPI), de révolutionner le monde des paiements internationaux.

Quel niveau d’information peut-on attendre de ce service ?

A minima, le statut du paiement et les frais appliqués par chaque banque intermédiaire devront systématiquement êtres communiqués. Cela peut sembler bien peu, mais il s’agit bien d’une révolution !
“Terminés !” les appels au fournisseur pour essayer de comprendre “où sont bien passés nos fonds ?!”, et vous trésoriers, savez combien cette situation peut être gênante lorsqu’elle concerne un transfert de la plus haute importance..
De manière optionnelle, ces fichiers pourront également contenir les taux de change appliqués, la devise d’origine et la devise cible.
Cette transparence nouvelle des frais et du change pourrait bien être à l’origine de futures négociations entre nos entreprises et banques françaises.

Mais comment exactement ?

C’est l’introduction de l’uetr (unique end-to-end transaction reference) véhiculée sur le réseau SWIFT sur toute la chaîne de traitement interbancaire qui permet aujourd’hui de bénéficier d’un suivi au fil de l’eau sur les transactions internationales.
Créée sur la base d’une technologie informatique, l’uetr est en réalité un UUID, système Microsoft d’identifiants développé afin de garantir une très (très) forte probabilité d’unicité de l’identifiant dans un système semi-ouvert.
Avec 2e122 possibilités d’identifiants différents (à titre de comparaison 2e100= 1 267 650 600 228 229 401 496 703 205 376), ce système assure un niveau de risque de redondance quasi nul !

Depuis quelques mois maintenant, les banques utilisant le réseau Swiftnet, sont non seulement tenues d’accepter les virements contenant un tel identifiant, mais elles doivent également le véhiculer vers les banques intermédiaires qui assureront la suite des transferts, et ainsi de suite jusqu’à la délivrance des fonds aux destinataires finaux.
Ces fichiers interbancaires, les MT103 pour les intimes, ne sont pas seulement envoyés aux banques intermédiaires : une copie est systématiquement expédiée à un Tracker chargé de centraliser l’information.
Ce tracker doit ensuite faire remonter le statut des virements vers la banque de l’émetteur d’origine.
Par le biais de ces fameux MT199 et autres pain.002.001.02 que nous évoquions plus tôt.

Et l’instant payment dans tout ça ?

Si l’instant payment rend inutile tout suivi de par son instantanéité, il concerne une infime partie des virements émis chaque jour, les virements unitaires urgents ; essentiellement pour des raisons de coûts, puisqu’il nécessite d’avantage de ressources tant au niveau des banques que de l’infrastructure.
Quant au suivi des paiements GPI, bien qu’encore en rodage, il couvrira rapidement l’ensemble du trafic de virements émis sur le réseau SWIFTnet.

A ce stade, ils ne boxent pas dans la même catégorie, affaire à suivre !

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous :