Les 3 fondamentaux de la fabrication des prévisions de trésorerie

Home/Les 3 fondamentaux de la fabrication des prévisions de trésorerie

Toute l'actualité en direct
Le Blog !

ACA expert en gestion de flux et spécialiste des processus de gestion.

Les 3 fondamentaux de la fabrication des prévisions de trésorerie

Découvrez comment fabriquer vos prévisions de trésorerie !

Pour construire votre budget de trésorerie, 2019, il vous faut une méthodologie structurante et pérenne.

Ne perdez pas de vue  l’objectif de vos prévisions : elles ne sont pas une suite de chiffres calculés “du mieux qu’on peut”et à présenter et argumenter le “moins mal possible” auprès de sa Direction  de ses banques ou de ses actionnaires.

Tout  DAF ou Directeur de la Trésorerie et du Financement vous le dira : une bonne prévision se doit d’être fiable, dynamique et un outil d’aide à la  décision. Ces 3 points clés à retenir sont le b-a ba d’une méthode et d’un process visant à améliorer la performance cash de votre entreprise.

PRÉVOIR, oui, mais prévoir en CONFIANCE

Prévisions et confiance ne sont pas antinomiques

Certes, le propre des prévisions est de se baser sur des chiffres et hypothèses qui évoluent sans cesse, par leur caractère non définitif, lié au futur. Une mise à jour qui ne serait que ponctuelle biaise toute confiance extérieure dans vos projections : difficile pour vous d’argumenter et d’avoir un discours cohérent avec des chiffres obsolètes.

Il s’agit donc pour vous d’ancrer la prévision dans un process qui soit fiable ET récurrent, gage d’une anticipation juste, car suivie et  maîtrisée. La mise à jour régulière des chiffres vous permet de facto de vous rapprocher le plus possible de ce qui va être réalisé. Pouvoir rafraîchir les informations aussi souvent que nécessaire vous rend capable de prendre de nouvelles décisions, vous donne légitimité et crédibilité sur les chiffres présentés à vos actionnaires et à la Direction Générale.

Agrégez vos données éparses de façon automatique

La prévision de cash construite avec un outil métier n’est pas créée ex nihilo à partir “d’une feuille blanche” alimentée par le seul trésorier : elle est ancrée dans es données comptables et celles issues du contrôle de gestion (budgets prévisionnels, plans d’investissements…) . Collectées automatiquement, ces données sont ensuite transformées -et enrichies- de manière à obtenir en sortie des éléments de cash et de dette prévisionnelle.

Vos écarts sont-ils liés au business ou à des “décalages” techniques ?

En tant que DAF ou trésorier, vous devez “faire parler” et justifier vos chiffres en toute confiance : leur caractère “prévisionnel” implique nécessairement  “in fine”, des écarts avec le réalisé . L’essentiel est dès lors de disposer d’un outil qui vous permettre d’identifier rapidement les causes de ces écarts et d’être à même de les expliquer, de les justifier “ avec des raisons valables”: écarts “naturels” liés à des décalages d’activité (liés au  business), écarts de délais ( décalages de paiement de certains clients ou fournisseurs), ou écarts de change. ; Avec un progiciel dédié, finis les“décalages techniques” du type: “j’ai oublié d’intégrer telle information”, “je me suis trompé dans ma formule”, “ mes liens sont rompus” etc… .

 

DYNAMISER ET SIMULER

Entrez dans un système vertueux

La prévision est une accumulation de données et d’hypothèses : plus on s’éloigne dans l’horizon de prévisions plus les hypothèses dans le temps prennent de l’ampleur. A l’échelle d’un groupe, ce gap peut prendre des proportions décuplées.

Industrialiser l’ensemble du process en choisissant la récurrence de vos mises à jour est le seul moyen de rester fluide et productif. Le système devient alors vertueux car vous affinez au plus près vos chiffres au fur et à mesure des mises à jour. Ainsi, vous dégagez du temps pour analyser et non plus pour collecter ou saisir des données.

Simulez à l’envie les “What if”

Vous vous posez les vraies bonnes questions :  “ Que se passe-t-il si le volume des facturations de tel produit évolue” “si le cours du dollar change”, “si mon plus gros client décale ses délais de  paiement de 30 à 45 j” , “ si je cède ou acquiers une activité nouvelle”, “quel impact sur ma dette, ma performance cash”. Cela est particulièrement précieux pour les Trésoriers qui assurent une gestion centralisée du cash de leurs nombreuses filiales.

Simuler pour comparer des scénarios de prévisions vous met en position dynamique : vous gagnez en intimité et en compréhension de la consommation ou génération de cash de votre groupe. Vous maîtrisez les évolutions de BFR et pouvez infléchir les décisions à temps et dans les meilleures conditions .

 

ANALYSE et ACTION

3e point fondamental et finalité des prévisions : la prise de décision.

Savoir analyser et comprendre les flux de cash ou d’endettement prévisionnel vous confère une légitimité à éclairer, argumenter les décisions, notamment pour les financements à venir.

En cas de situation à risque, vous alertez la Direction avant qu’il ne soit trop tard : risque d’insuffisance de financements (liquidité) , anticipation d’un dépassement des covenants bancaires de vos lignes de crédit…

La BI à portée de clic

Avec un outil métier, vous avez accès à la Business Intelligence : des restitutions et des analyses puissantes, aux degrés de granularité et d’horizon souhaités.

Conclusion : Structurer le pilotage du cash et de la dette prévisionnelle implique une méthodologie pérenne, fiable et transmissible.

En appliquant ces 3 fondamentaux ( Prévoir, Simuler, Agir) , vous serez en mesure d’améliorer :

  • votre visibilité  sur le cash
  • votre performance cash
  • vos capacités d’analyse de ces données
  • la communication avec vos partenaires financiers

CashSolve est une gamme d’outils de pilotage des prévisions de trésorerie, de BFR, bilans, pour les groupes, les ETI et les PME.

Vous souhaitez en savoir plus, demander une démo ou contacter un expert ? Contactez-nous !