Découvrez le rôle du Cash Controller : garant de la diffusion de la Culture Cash !

Home/Découvrez le rôle du Cash Controller : garant de la diffusion de la Culture Cash !

Toute l'actualité en direct
Le Blog !

ACA expert en gestion de flux et spécialiste des processus de gestion.

Découvrez le rôle du Cash Controller : garant de la diffusion de la Culture Cash !

Découvrez l'interview d'Alain Vinay, formateur chez ACA

Rencontre avec Alain Vinay, consultant Trésorerie pour les entreprises et formateur dans de nombreuses structures, notamment à la Sorbonne, en Master 2 de Trésorerie d’entreprise et au CNAM.

Point de vue sur l’évolution du métier des Trésoriers et l’émergence d’une nouvelle fonction : le cash controller, garant de la diffusion de la culture cash.

CashColve Culture Cash Cash Controller

Pensez-vous que le trésorier soit suffisamment sensibilisé à la culture du cash ? Quels sont ses leviers d’actions ?

Il y a 20 ans le trésorier pouvait s’enfermer seul dans sa tour d’ivoire, tout en travaillant efficacement : aujourd’hui, s’il ferme sa porte il est voué à l’échec ! C’est un travail d’équipe car les activités d’un trésorier s’inscrivent souvent dans un projet. Son rôle s’est développé pour devenir plus stratégique. En effet, le service Trésorerie d’un groupe compte aujourd’hui 5 à 10 personnes voire plus, qui, chacune, exerce une activité et une responsabilité qui lui est propre : la gestion des liquidités et la gestion du cash, le cash management, les prévisions de trésorerie, le suivi du BFR, le montage et la négociation des contrats de placement ou de financement, sur du court terme ou du long terme, la gestion des devises, du taux d’intérêt, des risques financiers et de couverture, la lutte contre la fraude, la sécurité liée à la directive des services de paiement (DSP2)…

Ainsi, la gestion du cash ne peut plus être ignorée dès qu’il s’agit de monter des opérations de trésorerie. Le rôle du trésorier prend une réelle dimension collégiale : sans être le décisionnaire final il se pose comme l’interlocuteur des banques pour exprimer tous les besoins de l’entreprise. Or, la conjoncture économique actuelle rend les banques plus frileuses dans leurs attributions de lignes de financements, étant elles-mêmes sous contrainte avec des réglementations assez drastiques voulues par tous les régulateurs. Il doit donc être le garant des exigences de conformité.

La gestion du cash devient donc fondamentale : un projet mal évalué peut avoir des conséquences très graves pour l’entreprise.

L’apprentissage des outils de pilotage de la performance du cash devient une nécessité pour les DG et les DAF, il faut former des personnes compétentes en analyse financière ; le trésorier doit en être le révélateur et le vecteur, il a un rôle de mise en alerte en déclenchant des « clignotants » de risques grâce à un système de reporting, mais il n’a pas toujours les leviers d’action pour agir.

Qui va alors prendre ce rôle pour agir et améliorer la performance ?

Celui  qu’on nomme le cash controller. Sa mission est de surveiller les actifs et les performances financières de l’entreprise. Il joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre de leviers efficaces pour améliorer le BFR et travaille en étroite collaboration avec la Direction Générale. De ce fait, il doit mettre en place des outils de gestion de la performance financière, produire une information financière pertinente et fiable, proposer des actions en conséquence et tenir un rôle plus stratégique au sein des organisations. La conduite de l’efficience des processus s’accompagne d’une réduction de leur complexité, de leur coût et des tâches administratives.

Il est l’interlocuteur référent cash pour les échanges au sein de son groupe et participe ainsi à renforcer « la culture cash » auprès des différents services.

Quel est le profil type du Cash Controller selon vous ?

Le cash Controller est une nouvelle fonction dans le métier de la trésorerie, à la frange du contrôle de gestion. Outre ses compétences techniques, le cash controller doit posséder un charisme personnel pour accompagner les prises de décision. Une bonne dose de compétences comportementales constitue un atout (soft skills). Ainsi, il doit être un bon pédagogue pour convaincre les équipes en interne…A la fois communicant entre les différents services pour collecter et transformer l’information, mais aussi convaincant pour leur expliquer les tenants et aboutissants de ses demandes. Ses compétences de négociateur, avec les banques notamment, lui seront extrêmement utiles lors des présentations des opérations qui leurs seront confiées.

Il doit être très disponible pour analyser les restitutions, élaborer le reporting dans un délai optimal et prendre des décisions ou mener des actions correctives notamment en contribuant à l’amélioration des prévisions de trésorerie. Il doit être un bon gestionnaire de risque : identifier en amont les conséquences financières de l’exposition aux différents risques, donc appréhender et gérer ces risques, préserver la liquidité, être protecteur de l’entreprise (devises, taux…). Bref, il doit consacrer de plus en plus de temps à des tâches à plus forte valeur ajoutée. Cela passe par une plus grande centralisation des activités. Il faut toujours penser à l’amélioration de l’efficacité, de la visibilité et du contrôle opérationnel.

Il sait se doter des bons outils techniques performants pour automatiser ses activités traditionnelles (le trésorier n’a pas le temps de faire la maintenance), en ce sens le mode Saas a ses avantages car c’est l’éditeur qui gère tout son système de gestion.

Pour conclure : Comment surveiller les indicateurs et valider la performance par rapport aux orientations budgétaires ?

Aujourd’hui, la trésorerie quotidienne est gérée dans des outils métier grâce à des paramétrages et des automatisations de nombreuses fonctionnalités. Le trésorier prend des décisions en fonction des chiffres fournis par l’outil. Le marché propose aujourd’hui des outils de pilotage performants qui lui permettent de passer plus de temps à l’analyse et moins à la production de chiffres.

Il faut être tourné vers l’anticipation et être constamment en veille dans le domaine des outils.

La trésorerie est un métier de généraliste qui doit faire preuve d’une grande curiosité intellectuelle (émergence des fintechs…). Attention à l’hyperspécialisation !

 

Alain Vinay animera la formation « Construisez votre budget et vos prévisions de trésorerie » les 10 et 11 septembre prochains.

Consultez le détail complet des 2 jours et inscrivez-vous ! 

Découvrez les formations Culture Cash

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous !