Choisir un TMS ou une solution de modélisation de prévisions de trésorerie?

Home/Choisir un TMS ou une solution de modélisation de prévisions de trésorerie?

Toute l'actualité en direct
Le Blog !

ACA expert en gestion de flux et spécialiste des processus de gestion.

Choisir un TMS ou une solution de modélisation de prévisions de trésorerie?

Savez-vous faire la différence entre ces 2 outils ?

Le choix d’ACA de compléter son offre logicielle métier Thétys à destination des trésoriers avec la gamme de solutions Cashsolve, apporte un vrai “plus” aux  Directions Financières. ACA leur permet désormais de couvrir l’ensemble de leurs besoins de pilotage du cash : de l’optimisation de la trésorerie au jour le jour, à la modélisation de budgets de trésorerie, d’états financiers prévisionnels, ou même de Business Plans à 5 ans.

D’un côté, Thétys se positionne comme un TMS (Treasury Management System) offrant aux trésoriers une plateforme complète de services à valeur ajoutée alliant productivité, sécurité et traçabilité: rapprochement bancaire et cashpooling quotidiens en date de valeur, gestion des placements et financements, contrôle des frais et conditions bancaires, paiements sécurisés, pouvoirs bancaires papier ou dématérialisés….  

De l’autre, Cashsolve s’adresse aux responsables financement trésorerie, mais vise aussi plus largement les directeurs et contrôleurs financiers. Les solutions de modélisation et de reporting Cashsolve permettent en effet de prévoir, simuler, analyser, à des horizons et degrés de granularité variables : prévisions de cash, besoins de financement, BFR, bilans, tableaux de financements….

La confusion demeure encore dans les esprits sur l’opportunité de choisir l’une OU l’autre de ces solutions. Or, elles ne se font pas de l’ombre mais se complètent : comprenez leur différence de vocation et associez-les, pour à la fois optimiser votre gestion de trésorerie quotidienne et renforcer la maîtrise de la “performance cash” de vos activités.

La mise en place d’un nouveau système peut – parfois – faire craindre une “usine à gaz” : voyez-la au contraire comme une opportunité de repenser efficacement l’ensemble des process métiers et de votre organisation interne.

Nous sommes là pour vous accompagner. Envie d’y réfléchir avec nous ? Demandez un rendez-vous  en remplissant le formulaire à la fin de l’article ! 

 

cashsolve thétys trésorerie aca

Le « doublé » gagnant : logiciel de Gestion et de Modélisation de Prévisions de trésorerie

Les responsables financiers consacrent une très grande partie de leur temps à collecter, retraiter et saisir des volumes importants de données éparses, à des fréquences élevées et dans des calendriers toujours plus serrés. Les logiciels de gestion de trésorerie : les « TMS (Treasury Management System) » ont soulagé bon nombre de trésoriers et de comptables en supprimant les collectes manuelles d’informations et les saisies; ils s’interfacent aisément aujourd’hui dans les deux sens avec les ERP ou logiciels comptables, fiabilisant et sécurisant ainsi la gestion et la comptabilisation des opérations quotidiennes de trésorerie.

Au-delà de ces logiciels métier de gestion de trésorerie, d’autres applications pleinement dédiées au « cash forecasting » ont vu le jour et cohabitent avec les TMS.

Quelles sont les différences d’usage ? Que vous apportent l’un et l’autre ? Et s’ils étaient complémentaires ?

Des cibles et vocations distinctes

  • Les TMS (Treasury Management Systems) ont été développés au début des années 1980 pour les besoins des trésoriers Groupe notamment, afin de leur permettre de récupérer de manière automatique et centralisée les relevés de comptes bancaires de toutes les sociétés du Groupe, d’automatiser les rapprochements bancaires et le cashpooling quotidiens de la trésorerie en date de valeur.

Au fil du temps, les éditeurs ont enrichi les fonctionnalités des TMS en développant des modules pour industrialiser d’autres tâches incombant aux services trésorerie (gestion des pouvoirs bancaires), ou pour sécuriser les moyens de paiement contre la fraude (édition de chèques sécurisés), tout en accompagnant la digitalisation des échanges avec les banques (routage et workflows de signature électronique de fichiers de virements, pouvoirs bancaires électroniques : « ebam »). Leur usage s’est ainsi élargi aux services comptables qui interviennent dans les processus de règlements.

Quoi qu’il en soit, la vocation première des TMS reste focalisée sur l’efficience et la sécurité de la gestion au quotidien du cash, des placements et financements, des couvertures et des échanges avec les banques. Ces applications sont précieuses pour les besoins opérationnels des services Trésorerie mais aussi des services comptables en charge des règlements.

  • Les solutions de prévisions de trésorerie, plus récentes, ont une toute autre finalité : il ne s’agit plus d’aider les trésoriers à gérer la trésorerie mais plus largement de permettre aux financiers (contrôleurs financiers, DAF et trésoriers) de la prévoir.

La confusion entre ces logiciels et les TMS vient souvent du fait que ces derniers nomment « prévisions de trésorerie » les règlements comptabilisés ou en instance de l’être par l’entreprise mais non encore présentés en banque, pour les distinguer des règlements compatibilisés par la banque… ces flux dits « prévisionnels » sont bien réels et servent « juste » à réaliser les rapprochements bancaires.

En l’espèce, avec la gamme de solutions Cashsolve il s’agit bien de fabriquer, modéliser, simuler les prévisions de cash de l’entreprise, et ce sur une échelle de temps et à un niveau de détail variables selon ses besoins.

Le besoin couvert transcende celui des responsables financement trésorerie, qui bien sûr s’inscrivent au premier chef des demandeurs de prévisions de cash, pour assurer leur mission de garants de la liquidité à court, moyen et long terme de l’entreprise et anticiper leurs négociations de financements.

Cashsolve adresse plus largement les besoins des directeurs financiers : besoin de prévoir le cash généré par le business, indicateur vital car il conditionne la pérennité de l’entreprise; besoin de visibilité sur la structure du bilan et du tableau de financement prévisionnels : pour monitorer les sources de financement et les covenants financiers éventuels rattachés, pour piloter la communication financière si l’entreprise est cotée et le rating, si elle est notée.

 

Enfin, de tels outils de modélisation contribuent à diffuser la culture cash et renforcent la culture financière de l’ensemble des acteurs de la DAF : les contrôleurs de gestion élargissent leur « vision P&L » au bilan, les trésoriers sortent de leur vision « cash in  cash out », les comptables comprennent l’impact sur la trésorerie de leurs cycles de règlements… tous se retrouvent autour d’objectifs partagés de meilleure maîtrise du BFR et d’optimisation du niveau de cash.

Relier la prévision cash aux données « business » : une nécessité !

Avec un outil comme Cashsolve , les prévisions de trésorerie sont « ancrées dans le business ». Suivant une méthodologie structurée, Cashsolve se nourrit des scénarii de budgets ou business plans élaborés par les services contrôle de gestion ou planification financière, des balances et échéanciers comptables, qu’il convertit en un clic, en un « package complet » d’états financiers prévisionnels.

Le niveau de détail est paramétrable à loisir par les entreprises: il dépend du niveau d’analyse souhaité, dans la limite des données analytiques disponibles pour le réalisé de trésorerie, ceci pour être à même d’expliquer les écarts entre le réalisé et le prévisionnel.  

Une entreprise de la grande distribution pourra par exemple décider de piloter le cash au niveau de chaque enseigne, en réactualisant et consolidant toutes les semaines ses encaissements/décaissements en fonction des prévisions de ventes et d’approvisionnements mises à jour en continu par chaque enseigne.

Pouvoir « mouliner en un clic » les prévisions de trésorerie consolidées sur la base de la dernière version de budget arrêtée par la Direction Générale ou réactualisée par le contrôle de gestion, là réside la valeur ajoutée de tels outils.

Simuler ses prévisions pour mieux décider

Quel que soit le domaine auquel elle s’applique, la création d’une prévision s’appuie toujours sur des jeux d’hypothèses.

Imaginer de multiples scenarii à partir des drivers business, les comparer, les historiser, mesurer leur impact, est le propre des moteurs de simulation possédant une intelligence. Cela permet à  l’utilisateur de devenir agile dans la production répétée des scénarios prédictifs pour assurer dans les meilleures conditions le financement des projets.

ALORS… associez vos outils de gestion ET de prévisions de trésorerie

Vous souhaitez optimiser la gestion quotidienne financière et administrative de votre service trésorerie, et sécuriser vos moyens de paiement ?

Vous voulez maîtriser les indicateurs clés de génération de cash de vos activités et mesurer la prise de risque liée à vos projets ? une vraie valeur ajoutée dans des secteurs où les enjeux cash sont élevés…

 L’association des 2 outils, Thétys et Cashsolve est le doublé gagnant que vous propose ACA pour permettre à votre direction financière de s’affirmer comme un business partner stratégique de la Direction Générale, de vos actionnaires et banquiers.

 

Découvrez nos solutions et Rencontrons-nous !