Les prévisions de trésorerie, une nécessité confirmée

Home/Les prévisions de trésorerie, une nécessité confirmée

Toute l'actualité en direct
Le Blog !

ACA expert en gestion de flux et spécialiste des processus de gestion.

Les prévisions de trésorerie, une nécessité confirmée

baromètre-prévision de trésorerie

Grant Thornton, partenaire d’ACA, a réalisé dernièrement une étude extrêmement bien fournie, réalisée par Carl Civadiée et Stéphanie Hauswald. Les précédentes éditions du Baromètre soulignaient le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) comme une préoccupation majeure des entreprises. Cette dernière édition pointe le Cash Management comme un « incontournable ». Nous en avons tiré l’essentiel en quelques chiffres, qui portent à réflexion.

A vous de juger où vous vous situez à l’aube de 2020…

Une cible financière engagée et significative 

Pas moins de 7 650 DAF, Trésoriers, DG, Crédit Manager ont participé à ce baromètre dont le thème s’avère avoir un intérêt commun, notamment les attentes et les enjeux de l’exercice de prévisions du Cash.
En effet, les enjeux de la prévision de trésorerie sont forts. Les finalités évoquées principalement et à parts égales (69 % du panel), sont la mise en place de plans d’actions sur le BFR et les arbitrages sur le Cash.

Le baromètre pas tout-à-fait au beau fixe

Voici un résumé des principaux chiffres de l’étude :

 

Cette étude reflète parfaitement la situation des Trésoriers et des DAF que nous rencontrons aujourd’hui. 

  • Oui, les prévisions de trésorerie sont rentrées dans les missions incontournables des Trésoriers et des DAF. 
  • Non, les prévisions de trésorerie ne sont pas si simples à construire.

> L’horizon des prévisions : plutôt sur 12 mois.

Il est intéressant de noter que 34% des entreprises font des prévisions uniquement sur un horizon à 12 mois.

Grant Thornton rappelle l’utilité de l’horizon : « La prévision à l’horizon de 12 mois a pour finalité de prévoir un besoin de financement global de l’entreprise au regard de ses projets de croissance, alors que la prévision à l’horizon de 3 mois sert à appréhender les besoins du cycle d’exploitation (notamment le BFR). Enfin, à 1 mois, la prévision porte sur des arbitrages de trésorerie à court terme, notamment dans le cadre d’un Cash Pool ».

L’association des exercices prévisionnels aux horizons 12 mois, 3 mois et 1 mois est réalisée pour seulement 6 % du panel. Pourquoi ? Car l’exercice devient alors complexe, notamment en termes d’actions à mettre en œuvre à la faveur du cash …

> L’actualisation des prévisions : plutôt mensuelle

C’est l’actualisation mensuelle des prévisions de trésorerie qui l’emporte avec 44% des habitudes.
La fiabilité des prévisions repose sur des actualisations mensuelles, même sur un horizon à 12 mois. Si l’actualisation doit prendre en compte les données à la fois comptables et budgétaires, ces dernières ne sont, en revanche, pas forcément disponibles et/ou implémentables dans le modèle utilisé.
Soulignons toutefois qu’une actualisation quotidienne concerne davantage la projection des soldes bancaires réalisée par le Trésorier.

Excel, mon amour

Sans surprise, Excel reste en tête de file comme support de fabrication. Il permet en effet d’étalonner et de préciser les éléments de référence implémentables dans un SI de prévisions de trésorerie. Cependant 84% de personnes ne s’affichent pas satisfaites de leur modèle, en tant qu’outil de suivi des prévisions.

En effet, Excel est un excellent tableur mais il n’est PAS un outil de modélisation. 

Les points de souffrance évoqués sont également, par ordre d’importance : la faiblesse de la méthode employée, la disponibilité des informations comptables, la complexité de la modélisation par rapport à l’activité. Mais aussi l’absence de temps dédié, un processus budgétaire non adapté ou un défaut de ressource experte disponible.

Les attentes exprimées

Selon l’étude, la prévision de trésorerie a avant tout pour finalité de mettre en place des plans d’actions sur le BFR (69 %) et de faire des arbitrages de trésorerie (69 %).
En parallèle, la prévision permet également d’alimenter les relations avec les partenaires bancaires (38 %) et faire des choix d’investissements (34 %).

« Cette nouvelle édition de notre baromètre met en exergue le besoin prégnant des entreprises de se doter d’un outil de prévisions de trésorerie robuste afin de soutenir leur stratégie de croissance. » souligne Carl Civadiée, Associé BFR & Cash Management, Grant Thornton.

Pour conclure 

13% seulement des entreprises utilisent un outil métier de prévisions de trésorerie. Or, construire ses prévisions ne peut pas se faire en one shot. Il doit être un projet structuré en amont afin de faciliter l’exercice régulier mensuel basé sur des données à jour et une méthode maîtrisée.

Merci à Grant Thornton pour notre partenariat toujours riche et nos échanges de qualité.

Nous vous invitons à consulter : Le baromètre 2019 Cash Management.

Avez-vous les outils performants ?

  • Pour piloter au plus près le BFR et mettre en place des actions : Cash Modeling est la solution du marché pour les prévisions de trésorerie, de dette et de bilan
  • Pour suivre votre solde bancaire prévisionnel : Thétys Tréso est un TMS qui permet aux trésoriers de suivre leur trésorerie quotidienne.

Vous souhaitez une Démo de nos solutions ?